• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 3 octobre 2017

    Icare

    Lorsque j'ai croisé le regard de ce garçon il y a quelques semaines, mon cerveau a fait exactement le même bond prodigieux que celui qu'il avait fait jadis en découvrant son minois sur un site dédié aux garçons qui aiment les grands garçons. Et même plus encore. Que dire d'autre sinon que je le trouve absolument magnifique ? 

    Un très beau gaillard au regard qui pétille, au sourire étourdissant, à la simplicité naïve qui fait parfois les grandes et belles âmes. En un mot comme en cent, il me plaît (vraiment) beaucoup.  Je n'ai pas eu longtemps à attendre pour savoir que c'était parfaitement réciproque : il me l'a clairement dit. 

    La difficulté est cependant que ce charmant garçon a déjà rencontré son alter ego avec qui il partage sa vie depuis maintenant un petit bout de temps. Et j'ai bien compris, pour avoir rencontré cet autre, que le couple était verrouillé à toute possibilité de partage, ce que je comprends parfaitement ayant moi-même une vision plutôt étriquée du couple. Beaucoup trop respectueux des personnes qui s'aiment pour venir semer sciemment la zizanie dans leur ménage, je ne jouerai donc pas le trouble-fête au prétexte de vouloir assouvir mes désirs les plus incandescents avec ce garçon que j'aimerais beaucoup serrer dans mes bras. A défaut nous discutons, beaucoup, de tout de rien, par textos, pour faire connaissance, ce qui est très agréable.

    Nous nous sommes revus tout récemment, à la faveur d'une vie sociale qui amène les gens à se retrouver régulièrement autour d'une activité commune, activité qu'il partage en l'occurrence avec son cher et tendre. Contrairement à la fois dernière, par respect pour son couple, par respect pour son copain, et pour me protéger également, j'ai pris mes distances. Un peu trop peut-être, l'art du juste milieu est parfois difficile. Une distance nécessaire pour m'échapper du labyrinthe des tourments, pour ne pas me brûler les ailes sous le soleil ardent des désirs impossibles dont je sais trop bien qu'ils rendent terriblement malheureux.

    Non sans une pointe de regret, il m'a évidemment fait remarquer cette distance soudaine. Je lui ai expliqué  cette difficulté à me positionner, à nous positionner lui comme moi, entre désir sincère d'amitié et désir tout court. Je crois qu'il l'a compris et qu'il en est conscient. Il m'en a remercié. 

    Car à ce petit jeu ambigu, nous sommes tous deux autant Icare que le soleil de l'autre. Et, quoique l'envie nous consume intérieurement, je suppose que lui comme moi n'avons pas, pour l'instant, envie de tomber.

    11 commentaires:

    1. Pourquoi ne pas essayer un ménage à trois, un trouple? J ' en connais qui fonctionne très bien. Et puis soyons inventifs, que diable..!

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. C'est une option beaucoup - beaucoup - trop prématurée pour l'envisager. Laissons d'abord la pelotte de laine se dévider un petit peu et voyons ce qu'il se passe.

        Supprimer
    2. Tu parais bien au bord de l'envie quand même .... et pour abonder dans le sens de rph est-ce que le copain te séduirait au point d'envisager le trio ?

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Tombe Tambour Major, tombe :)

        Réponse à ta question : Physiquement, pas vraiment. Il faudrait que l'on discute davantage lui et moi pour voir s'il existe des accointances intellectuelles. Quant au trio, je doute que ce soit une solution qui me convienne.

        Supprimer
    3. Comme disait la grande Gala en 1995 : "freed from desire, mind and senses purified" :) Ma foi...

      RépondreSupprimer
    4. Mais non ça va se finir par une tromperie classique, et des larmes ! Comme toujours. ^^ Mais bon faut bien vivre sa vie diantre !!!

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Tu as des expériences personnelles à nous partager ? :D

        Supprimer
    5. Bonjour,

      A défaut de celle d'Icare, Tambour Major nous offre une belle chute en fin de billet.
      Et comme il est fils de Sagesse, il laissera le trois claviers à la tribune de Saint-Sernin ou dans le coffre aux fantasmes.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Les sages sont des fous. Le suis-je assez ?

        Supprimer
    6. C'est un bon choix de photo, ce paléontologue barbu-musclé-sexy-charmant :-)

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !